L'Opus à l'oreille Agrandir l'image

L'Opus à l'oreille

Balez (Olivier)

101

Ce vieux Catalan de Pedro se la joue inquisiteur en fourrant son nez dans un commerce douteux : le recrutement de jeunes étudiants (dont son neveu) par une organisation secrète à Barcelone... De peur que notre septuagénaire n'attrape froid ou se fasse vacciner au plomb, Gabriel devra descendre jusqu'aux enfers pour le retrouver ...

Plus de détails

9,00 € TTC

Ce vieux Catalan de Pedro se la joue inquisiteur en fourrant son nez dans un commerce douteux : le recrutement de jeunes étudiants (dont son neveu) par une organisation secrète à Barcelone... De peur que notre septuagénaire n'attrape froid ou se fasse vacciner au plomb, Gabriel devra descendre jusqu'aux enfers pour le retrouver. C'est dans l'ombre des attraits touristiques de la ville de Gaudi que le Poulpe devra enquêter pour retrouver Pedro et son neveu.

Balez (Olivier)

Ayant eu très tôt l’envie de devenir illustrateur, Olivier Balez se forme aux arts appliqués de l'École Estienne à Paris de 1990 à 1995, et complète ses études au National College of Art and Design à Dublin, en Irlande. Il part ensuite vivre plusieurs mois à Barcelone et à Sydney. De retour à Paris, il crée, avec d’autres illustrateurs, un atelier graphique : « Les Dents de la Poule ».

Sa rencontre avec le créateur du Poulpe, Jean-Bernard Pouy, l’amène à donner, pour la première fois, un visage au héros policier dans un feuilleton intitulé Satanique ta mère, à suivre dans Libération pendant l’été 1997. L’année d’après, il conçoit lui-même son aventure du Poulpe, L’Opus à l’oreille, publiée pour Angoulême dans un coffret BD chez Baleine Cent pour sang bande dessinée. Le Poulpe se rend à Barcelone pour retrouver son ami Pedro, disparu en voulant enquêter sur la disparition de son neveu, jeune étudiant recruté par une organisation religieuse secrète…

Olivier Balez signe régulièrement des couvertures de romans noirs, tant pour les adultes (dans la collection « Librio Noir » à laquelle il confère une identité visuelle ; et au Seuil, des romans de Francis Mizio, Thierry Jonquet, Dominique Manotti…) que pour la jeunesse (Syros, collection rat noir).

Ses illustrations se caractérisent, dans un style proche de la sérigraphie, par une économie de moyens, de traits et de décors. Elles reflètent son amour du jazz, du polar et de la poésie.

En 2000, il rencontre Éric Corbeyran avec qui il signe une histoire pour Paroles de taule (2001 chez Delcourt) puis deux bandes dessinées chez Dargaud, Le Village qui s’amenuise (2004), une fable rurale sur le thème de l’incommunicabilité et Charmes fous (2005), une histoire teintée de croyances et de jalousies maladives. Dans cet album, un publicitaire parisien doit se rendre en province après le décès accidentel de son père. Mais la découverte, dans la maison familiale, d’une poupée vaudou l’oblige à réviser la thèse de l’accident.

Avec Florence Décamp, il inaugure en 2004 une nouvelle série, Le Cycle du Nautile, qui explore les lieux méconnus du Pacifique. Le premier épisode met en scène deux aventuriers, à la recherche d’un trésor convoité par un antiquaire sans scrupule.

Olivier Balez a publié en outre plusieurs carnets de voyages et des albums pour la jeunesse, notamment La Complainte de Mandrin (2005), livre consacré au faux-saunier, et qui reprend la chanson populaire, en la nourrissant visuellement pour multiplier les lectures.

En mai 2007, la sortie de la bande dessinée Angle mort sur un scénario de Pascale Fonteneau marque son retour dans le polar. Il poursuit la même année ses albums pour la jeunesse avec notamment deux livres adaptés des films de Charlot : La Ruée vers l'or et Le Kid co-publiés par Bayard et MK2.

Il vit aujourd'hui au Chili.

ISBN 2842191153
Code collection 100
Date de parution 15/01/1998
Seriel 101
Nombre de pages 156
Hauteur 175
Largeur 113
Epaisseur 11

30 autres articles dans la même catégorie :