Lazare dîne à Luynes Agrandir l'image

Lazare dîne à Luynes

Albina (Jacques)

88

Quand Lazare dîne à Luynes, il meurt... de faim. Pourtant quand les fils Chardonnet-Belfond sont assassinés, qui pense à relire la Bible? Luc Villach s'accuse de meurtres mais l'avocate Cécile Péri n'y croit pas. Ami de Maria, elle croise Gabriel au Pied de porc et voici notre Poulpe entraîné dans la Loire ...

Plus de détails

8,00 € TTC

Quand Lazare dîne à Luynes, il meurt... de faim. Pourtant quand les fils Chardonnet-Belfond sont assassinés, qui pense à relire la Bible? Luc Villach s'accuse de meurtres mais l'avocate Cécile Péri n'y croit pas. Ami de Maria, elle croise Gabriel au Pied de porc et voici notre Poulpe entraîné dans la Loire au coeur de cérémonies secrètes où Dieu et Diable se mêlent dans des eaux plus que troubles.

Albina (Jacques)

Jacques Albina est (serait ?) un pseudonyme emprunté à la grand mère de l'auteur prénommée Albine.

Une grand-mère qui compte pour beaucoup dans la vie de Jacques né en 1945, d'un papa décédé, d'une maman qui ne tarde pas à suivre son époux. L'enfant est alors pris en charge par la grand-mère Albine, qui, se devant d'assurer le nécessaire, va travailler pendant que le petit Jacques est confié à la voisine, Isaline, propriétaire d'un bistrot populaire. Une enfance "heureuse" pour ce petit bout d'homme qui rencontre des personnages étonnants, découvre ce que solidarité veut dire, quand pauvreté devient misère... Orphelin de l'après-guerre, il échappe à une institution très "en vogue" de cette époque réservée à ces "malheureux", "Les Enfants de troupe", parmi lesquels le curé du quartier veut l'envoyer mais la grand-mère Albine s'y refuse. Depuis cet épisode de sa vie, il nourrit une certaine "inimitié" envers les représentants de l'ordre religieux et préfère traiter en direct avec le "Patron".

Le jeune Jacques va faire des études "utiles", pour gagner rapidement sa vie, mais grâce à un vieil homme rescapé des camps de la mort, mathématicien et voisin, il découvre Brecht et devient incollable... en maths. D'ailleurs, c'est pendant un cours dans cette matière qu'il lit en cachette un vieux polar américain, se fait surprendre par le professeur plutôt tolérant qui l'invite à passer son bac, avant de songer à devenir écrivain... Une idée qui n'a jamais traversé l'esprit du jeune garçon, plus pragmatique, qui poursuit ses études et devient... ingénieur.

Monté à Paris, le jeune homme va alors faire "mille" petits boulots parfois bien singuliers pour un ingénieur diplômé, il repasse des chemises, soigne des fauves dans un cirque, devient veilleur de nuit au Louvres. Inscrit au cours d'Art Dramatique, il se rend vite compte qu'il n'a pas de don particulier et encore moins les moyens financiers de poursuivre  dans ce domaine si ce n'est que la scène, les décors, les lumières le fascinent... Le fascinent tant qu'il obtient un poste d'assistant éclairagiste, apprend sur le tas, puis va éclairer les scènes des deux plus grandes compagnies françaises: "La Comédie Française" et "L'Opéra de Paris". Des années d'aventures extraordinaires, de voyages, de rencontres prestigieuses, d'autres qu'on pourrait penser plus banales, mais ce sont justement celles qui marquent sa vie, sa mémoire,  celles-là même qu'il retrouve un jour, quand il commence à écrire...

L'aventure nouvelle de l'écriture survient à la suite d'une période de chômage, plus de travail de régisseur ou d'éclairagiste, force est de gagner sa vie et Jacques, à la cinquantaine passée se souvient des paroles de son prof de mathématiques et se lance... dans l'écriture. Il choisit le roman noir, « la littérature populaire au sens "large" du terme », il écrit sur des personnages de la vie, de la société, de l'histoire; des fictions avec des personnages réels (ayant existé...)ou bien la réalité avec des personnages de fiction... Écluse de sang est publié en 1997 aux Éditions Hors Commerce, réédité en poche en 1999. Entre-temps, les Éditions Baleine lui demande d'écrire une aventure du Poulpe, c'est chose faite en 1998 avec Lazare dîne à Luynes.

Désormais, l'auteur Jacques Albina, puisque c'est de ce nom qu'il signe ses romans, ses nouvelles (seul, ou en collectif), une pièce de théâtre, un essai, occupe ses jours et ses nuits par l'écriture et... le jazz! Le jazz, une passion qu'il partage avec quelques vieux copains: cela donne deux spectacles qui associent la Littérature policière et la musique, "Jazz et polar" en 2006 et "Une histoire de blues" en 2007. 

En 2000, les Éditions La Bartavelle publient Comme des anges, 1er volet de ce qui devrait (devait ?) être une série, avec un flic "curieux", Jack Volonté, capitaine de police. Le roman est réédité aux Éditions Atelier de Presse en 2007, cette même année, paraît  Éclats de verre, un second volet des enquêtes de Jack Volonté qui devraient... avoir une suite," Enfant de carton"... mais ? (Le titre est annoncé pour 2008 ?)...  Affaire à suivre, donc !

postitSous un autre pseudonyme, Jacques Albina serait l'auteur de trois autres romans publiés, respectivement en 2001, 2005, 2006... mais là, votre  dévoué enquêteur bloque: les titres - Les nuits blanches, La villa bleue, La rose de Rio. J'aurais éventuellement un nom: Fabienne Albina... Mais aucune certitude. ?!

Ami(e)s lect(eurs)rices, auteur(e)s, éditeurs, à vous de réagir sur ces informations, livrées par le site des éditions Atelier de Presse.

ISBN 2842190963
Code collection 100
Date de parution 15/10/1997
Seriel 88
Nombre de pages 140
Hauteur 175
Largeur 113
Epaisseur 9

30 autres articles dans la même catégorie :