Blanche est la couleur des rêves Agrandir l'image

Blanche est la couleur des rêves

Andrevon (Jean-Pierre)

85

Sûr, dans ma vie, j'ai fait un certain nombre de conneries, avec les femmes, en particulier. A commencer par la mienne, que j'ai laissé filer en compagnie de notre fille, ma petite Laure que j'adore...

Plus de détails

8,00 € TTC

Sûr, dans ma vie, j'ai fait un certain nombre de conneries, avec les femmes, en particulier. A commencer par la mienne, que j'ai laissé filer en compagnie de notre fille, ma petite Laure que j'adore...

Mais la plus grosse de ces conneries, c'est avec Mariangela que je l'ai commise.

Mariangela ! Le croisement de Sophia Loren et de Gina Lollobrigida, vous voyez ?

Le problème avec elle, c'était ses relations, plutôt du genre mafieuses. Mais j'étais incapable de lui refuser quoique ce soit ; pas même de passer vingt kilos de poudre blanche de Milan à Grenoble.

Résultat : je me retrouve dans ma maison isolée sur le plateau des Bergers, assiégé par six mecs patibulaires bien décidés à me faire la peau.

Et tout ça à cause de Mariangela. Qui n'est plus là. Et qui, avant de disparaître, m'a fait un dernier cadeau, pas joli-joli...

Andrevon (Jean-Pierre)

Après une enfance à la campagne marquée par la guerre et l'occupation, il effectue des études secondaires avortées au lycée Champollion à Grenoble. Il travaille ensuite aux Ponts et Chaussées de 16 à 20 ans. Il entre à l'École des arts décoratifs de Grenoble en 1957. Il enseigne un an le dessin au lycée Champollion, puis c'est le service militaire en Algérie, jusqu'en 1963.

De retour en France, il enseigne à nouveau jusqu'en 1969 puis devient écrivain à temps plein. Depuis la sortie des Arts Décos, et parallèlement à l'enseignement, Andrevon poursuit et développe de nombreuses activités : journaliste, peinture, auteur-compositeur-interprète, cinéaste... Mais c'est dans l'écriture de fiction qu'il obtient ses premiers succès. Après des parutions dans divers fanzines, sa première nouvelle professionnelle est publiée dans le magazine Fiction en mai 1968.

Dès lors, Andrevon publie chaque année en moyenne trois ou quatre ouvrages (romans, recueils de nouvelles, travaux en commun), au départ essentiellement chez Denoël et au Fleuve noir où il a débuté en signant du pseudonyme Alphonse Brutsche), puis chez de très nombreux autres éditeurs (J'ai lu, Le Livre de poche, Flammarion, Magnard, Nathan, Canaille, Baleine, etc.).

Désormais, il publie moins souvent, et s'est éloigné de la SF au profit du thriller et de la littérature pour la jeunesse. Il a également écrit une autobiographie en 1993 sous le titre Je me souviens de Grenoble.

De sensibilité écologiste, Jean-Pierre Andrevon est considéré, et se considère comme un auteur engagé1,2.

ISBN 2842190904
Code collection 102
Date de parution 15/09/1997
Seriel 85
Nombre de pages 238
Hauteur 175
Largeur 114
Epaisseur 15

30 autres articles dans la même catégorie :